Willy Borsus : « La facture des certificats verts dépassera les 11 milliards à l’horizon 2028 »

 

Coup de théâtre, ce mercredi, en séance plénière du Parlement wallon : Willy Borsus a révélé que la facture « Certificats verts » allait s’élever à plus de 11 milliards d’€ à l’horizon 2028, un poids que devront supporter les ménages et les entreprises. On est loin des chiffres fantaisistes avancés par Jean-Marc Nollet, un ministre Ecolo empêtré dans une série de contradictions et de contrevérités depuis près d’une semaine ; on est aussi loin de la gratuité de 500 kWh annoncée par ce même ministre !

« Il faut savoir que l’octroi de certificats verts est garanti pour certaines filières pendant 15 ans, la « dette » s’étale – à l’heure actuelle en 2013 – jusqu’en 2028. En partant d’une hypothèse minimaliste de croissance zéro du nombre d’octroi de certificats verts (base = 2020), le nombre de certificats octroyés sur les années 2021 à 2028 sera le suivant : 10.615.789 CV x 8 années = 84.926.312 CV.A 65 € le prix minimaliste du certificat vert, l’addition est la suivante : 84.926.312 CV x 65 € = 5.520.210.280 €. », détaille le Président du Groupe MR au Parlement wallon.

 

Pour Willy Borsus « personne n’est dupe : M. Nollet est empêtré dans les certificats verts qui vont coûter très chers aux Wallons. Et il n’a pas de réponse à ce problème colossal pour la compétitivité et pour le pouvoir d’achat. Alors que fait-il? A un peu plus d’un an des élections, il tente une diversion. Le Ministre veut juste faire payer la gratuité accordée à une catégorie de consommateurs par une autre catégorie de consommateurs. J’attends une vraie vision structurante pour l’énergie wallonne. »

 

D’une manière générale, Willy Borsus estime dans La Libre de ce jeudi que « l’Olivier ne fonctionne pas depuis le début de la législature. La première raison, c’est qu’il y a, depuis le départ, de fortes tensions au sein du gouvernement. Elles ont concerné à la fois des thématiques de fond mais aussi des attitudes de comportement des ministres. Il faut se souvenir de la guéguerre que le ministre Ecolo Nollet a menée pour s’emparer du bureau de son collègue Marcourt au lendemain même de l’installation du gouvernement. Ce sont des éléments qui en termes de tonalité compliquent les choses lorsqu’ils s’ajoutent, de surcroît, à des tensions sur les dossiers de fond. Depuis le début, l’Olivier déçoit. Enfin, indépendamment de la méthode, regardons les résultats. Est-ce que la Wallonie a aujourd’hui significativement redécollé? Malheureusement non. Le gouvernement a beaucoup dépensé dans la communication, que ce soit en énergie et en argent. Mais la communication ne fait pas l’action. Et l’emballage ne fait pas le résultat ».

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *