Triste nouvelle pour la région de Charleroi!

 

L’emploi dans la région de Charleroi va-t-il encore être touché par une restructuration ? C’est en effet une interrogation que Véronique Cornet, Député-Bourgmestre, s’est posée suite à l’annonce de la restructuration de Makro.

Un Conseil d’Entreprise extraordinaire de Makro Cash & Carry a eu lieu ce 20 janvier. La direction y a fait part de son intention de réorganiser l’entreprise.

Une série de mesures afin de renforcer la puissance commerciale de la firme y ont été annoncées. Bien évidemment aussi dans une logique de mieux gérer les coûts. La direction a mis en avant son souhait d’un véritable dialogue avec les syndicats afin d’éviter au maximum les licenciements secs.

Parmi les 3300 membres du personnel, 370 personnes seraient concernées par ce plan. Mais où ? Sur quel site ? Aujourd’hui, peu d’informations concrètes à ce sujet circulent.

Makro a ouvert son premier magasin en 1960 à Deurne. Actuellement, il y en a 6 en Belgique : Alleur, Deurne, Eke, Lodelinsart, Machelen, Sint-Pieters-Leeuw.

Rester concurrentiel, c’est la volonté du groupe et pour ce faire, il souhaite simplifier ses procédures tout en étant davantage orienté vers le client.

Ce plan, à en lire les échos dans la presse, est axé sur trois grands piliers : la révision de la structure interne de chaque magasin Makro sur 3 départements : ventes, flux de marchandises et services, la centralisation de plusieurs services généraux, tels que le call center, la comptabilité et l’administration des salaires ainsi que la poursuite des investissements dans les différentes structures.

Une phase de consultation avec les partenaires sociaux devrait être lancée sous peu. Comme toujours, le plus tôt sera le mieux !

En attendant, l’incertitude règne encore sur notre région, sur nos travailleurs, sur leur famille. 

Des réponses rapides sont donc nécessaires quant aux intentions du groupe, quant aux sites qui seront touchés ainsi qu’au personnel mis à mal. Le Député MR a donc interpellé les Ministres wallons de l’Economie et de l’Emploi sur ce sujet.

Mais cette nouvelle difficile illustre encore une fois l’urgence de mesures défendues par le MR visant une baisse des charges sur le coût du travail afin de maintenir l’emploi et de permettre à nos entreprises de rester compétitives !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *